Bienvenue sur le nouveau site des Editions CAEF
Code promo: 5OFF pour 5% de réduction à partir du 11 ème exemplaire de calendrier acheté

Le désir de Dieu

Alors Dieu regretta le mal qu’il avait résolu de leur faire et il ne le fit pas.
Jonas 3.10

Après un premier refus, Jonas, le prophète, va à Ninive de par la volonté de Dieu. Y va-t-il pour satisfaire au désir de Dieu ? Ou y va-t-il parce qu’il est à court d’options ? Faute de compassion, Jonas n’a que de l’obéissance et du courage. Il devient messager de jugement. Cinq mots en hébreu résument tout le message de Dieu à cette société injuste : Encore 40 jours, et Ninive est détruite.

Mais comme Jonas, et malgré lui, Ninive aura, elle aussi, droit à une chance, une chance infime, de repentance. Entre la justice éternelle, implacable, prête à tomber sur la ville sanguinaire et la vie, il n’y a qu’une parole… Mais elle est Parole de Dieu, véhicule de sa grâce, emballage étonnant de son désir profond.

Ce désir, quel est-il ? Une fois, je décrète de déraciner une nation ou un royaume, de le renverser et d’amener sa ruine. Mais si cette nation que j’ai menacée cesse de mal agir, je renoncerai à lui envoyer le malheur que j’avais projeté contre elle.1 Même Ninive peut revenir, comme le fils prodigue. Et le miracle se fait. La Parole qui fait vivre réveille la conscience de tout un peuple. Ce Dieu se laisse toucher par le repentir et étend sa grâce à Ninive : Il ne le fit pas.

Nous connaissons cela. C’est écrit en lettres de feu au-dessus de nos vies. Le secret ? La croix de Jésus qui est le “plus que Jonas2.

La grâce est la faiblesse de Dieu plus forte que les hommes.

Egbert Egberts

1 Jérémie 18.7,8             2 Luc 11.32

______________
Lecture proposée : Livre du prophète Jonas, chapitre 3.

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin