Bienvenue sur le nouveau site des Editions CAEF
Code promo: 5OFF pour 5% de réduction à partir du 11 ème exemplaire de calendrier acheté

L’or de Youssouf…

À quoi servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perdait son âme ?
Matthieu 16.26

En 1894, Youssouf, lutteur turc réputé, remporta à Paris d’éclatantes victoires. Ce colosse impressionna fortement le monde des athlètes. L’idée lui vint de partir pour l’Amérique où, en une tournée triomphale, il gagna une fortune. Il acheta de l’or. Il l’enferma dans une ceinture qu’il ne quittait jamais.
Puis il songea à retourner dans son pays pour jouir de ses richesses. Revêtu de ses habits orientaux, un énorme poignard fixé à sa ceinture bourrée d’or, il s’embarqua sur « La Bourgogne ».
Quelques heures plus tard, c’était la catastrophe. Le navire, abordé par un autre navire, sombra. Panique à bord : mais le colosse, armé de son poignard, se fraya un chemin vers un canot de sauvetage. Celui-ci, sous le poids de Youssouf, chavira et précipita tout le monde à la mer. Étant bon nageur, notre athlète réapparut trois fois à la surface de l’eau puis fut entraîné irrésistiblement vers le fond. L’or, son or qu’il avait gagné, était devenu la cause de sa perte, celle d’un des plus forts lutteurs du 20ème siècle.
Le grand roi Salomon répète plusieurs fois dans le livre de l’Ecclésiaste : Puis j’ai envisagé tous les ouvrages que mes mains avaient faits ; et voici que tout est vanité et poursuite du vent, il n’en reste rien sous le soleil1. Que son expérience nous rende sages !

Charles Rick, d’après E. Favre

1 Ecclésiaste 2.8,10,11

_______________
Lecture proposée : Évangile selon Luc, chapitre 21, versets 34 à 36.

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin