Bienvenue sur le nouveau site des Editions CAEF
Code promo: 5OFF pour 5% de réduction à partir du 11 ème exemplaire de calendrier acheté

Vous avez dit grandeur ?

Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.
Matthieu 23.12

Qu’y a-t-il de plus grand en l’être humain ? Assurément, un grand orgueil dans une grande misère ! On exalte les progrès de l’humanité… mais la valeur de l’être humain n’en découle pas ! La connaissance, le succès, l’abondance matérielle peuvent lui donner une impression d’invincibilité et de supériorité. Son ego peut se gonfler comme un ballon de baudruche jusqu’au déraisonnable… Il peut se dire : « J’ai la santé, j’ai de l’argent, j’ai des amis, je n’ai pas besoin de Dieu… »
Imprudent comme un enfant, sourd à la sagesse comme un adolescent en conflit avec ses parents, l’être humain méconnaît bien souvent sa fragilité. Ses égarements le dirigent. Muselant sa conscience, il s’autorise l’immoralité. Il suit ses mauvais penchants plutôt que la volonté de Dieu.
Mais bientôt vient le temps de la désolation, du sentiment d’inutilité. Puis arrivent des naufrages, des revers de fortune. Et là, l’incohérente philosophie de sa vie éclate ou se dégonfle…
Si cependant, conscient de son indignité, quelqu’un saisit l’amour de Jésus-Christ crucifié pour lui et combien il en est peu digne, il sera poussé à lui demander pardon. Il s’inclinera, comprenant l’ampleur de sa propre culpabilité. Si, dans son abaissement et sa misère, il s’abandonne à Jésus, la grâce divine l’élèvera.
La petitesse d’un homme se manifeste dans l’ampleur de son péché. Sa grandeur, dans son abaissement devant le Christ…

Dominique Moreau

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Matthieu, chapitre 23, versets 1 à 14.

 

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin