Bienvenue sur le nouveau site des Editions CAEF
Code promo: 5OFF pour 5% de réduction à partir du 11 ème exemplaire de calendrier acheté

Le vieil homme et la mer

Vanité des vanités, tout est dérisoire.
Ecclésiaste 1.2

Dans son livre Le vieil homme et la mer, l’auteur Ernest Hemingway raconte l’histoire du vieux Santiago, un pêcheur cubain. Après 84 jours de pêche infructueuse, il accroche un énorme espadon qui le tire vers le large pendant trois jours et deux nuits. Enfin, il en est victorieux et entame le retour au port, le poisson attaché à son bateau. Mais sa prise attire les requins, et une lutte âpre s’ensuit entre le vieux et les requins. Finalement, éreinté, il rentre au port avec l’arête et la tête de l’énorme espadon, maigre consolation pour tant de combats.
Quelle parabole de la vie ! Voici l’homme qui se fait une place sous le soleil. Il se découvre une mission et part à la pêche. Mais quand tout est dit et que le rideau se baisse sur sa vie, il ne ramène que l’arête. Tout est perdu. Éreinté, déçu, désillusionné il s’en va à la mort.
Nous sommes tous, quelque part, dans cette aventure. Les uns sont encore au port avec leurs rêves. Certains ont peut-être accroché leur espadon et voient leurs rêves devenir réalité. D’autres encore sont en plein combat contre les requins de la vie. Et les derniers sont de retour au port… et ne rêvent plus.
Christ nous délivre des rêves de gloire. Il nous sauve du péché, de nous-mêmes et d’une existence futile. Il fait de ceux qui l’aiment ses serviteurs et leur donne la vie éternelle. Aucun requin ne peut leur enlever cela.

Egbert Egberts

__________________
Lecture proposée : Livre de l’Ecclésiaste, chapitre 1, versets 1 à 11.

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin