NOUVEAU: Deux livres dans notre boutique en ligne!

Fin de carrière…

Si un homme juste tombe dans le péché, sa droiture passée ne le sauvera pas.
Ézéchiel 33.12

Il suffit parfois d’une faute grave « en fin de parcours » pour que s’efface le souvenir de tout le bien qu’une personne a déjà accompli. Des hommes politiques, des rois, des sportifs et d’autres personnages se sont parfois « salis » par une seule mauvaise décision, un acte inconsidéré ou une parole mensongère, juste vers la fin d’une carrière très réussie. La réputation et la gloire, dont la personne a joui, s’évanouissent alors comme une fumée. Les bonnes choses accomplies « dans le temps » n’excusent pas son comportement présent.
Et si moi-même, arrêté après avoir brûlé un feu rouge, j’expliquais à l’agent de police : « Mais jusqu’ici j’ai toujours respecté tous les feux rouges ! », il me dirait, avec raison, que le respect passé des feux rouges ne change rien à la faute que je viens de commettre…
Dieu aussi agit selon ce principe. Le bien accompli, les « bonnes » pratiques religieuses ne nous rachètent pas de nos fautes, ni présentes ni passées. Le rachat nous est offert uniquement par Jésus-Christ qui en a payé le prix.
Le refuser jusqu’à la fin de la vie est si grave que l’homme qui agit ainsi est irrémédiablement perdu. Nous avons besoin d’accepter maintenant 1 le salut en Jésus-Christ si nous voulons être reçus par Dieu à la fin de notre vie.

Pierre Wheeler

1 2 Corinthiens 6.1-2

__________________
Lecture proposée : Livre du prophète Ézéchiel, chapitre 33, versets 10 à 20.

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin