NOUVEAU: Deux livres dans notre boutique en ligne!

L’ivraie

Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi.
Matthieu 13.25-26

Deux expressions sont rattachées à cette graminée sauvage, nuisible aux céréales, ressemblant au blé au début de son développement. « Semer la zizanie » (ou l’ivraie) signifie semer la discorde entre des personnes. D’origine biblique, cette expression vient de la parabole racontée par Jésus, suivie de son explication (voir la lecture proposée). Cette parabole est donc claire.

La seconde expression, en lien avec la première, « séparer le bon grain de l’ivraie », correspond à la séparation des « bons » et des « méchants ». Jésus montre que c’est à la fin des temps qu’une telle séparation va effectivement se produire : les fils du Malin, c’est-à-dire les rebelles au Seigneur, seront jetés en enfer, tandis que les enfants de Dieu, déclarés justes en Christ, seront éternellement dans le Royaume de Dieu. En attendant, les uns et les autres devront vivre ensemble jusqu’au jour du Jugement, où le mal sera extirpé.

Cette parabole contient donc de sérieux avertissements, repris plus tard par l’apôtre Pierre : Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme certains le pensent; au contraire, il fait preuve de patience envers vous, voulant qu’aucun ne périsse mais que tous parviennent à la repentance.¹

Jean-Michel Guerche

__________________
Lecture proposée :

Lecture proposée :
Évangile selon Matthieu, chapitre 13, versets 24 à 30 et 36 à 43.

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin