NOUVEAU: Deux livres dans notre boutique en ligne!

Ces chaises sont pour nous !

Que chaque mari aime sa femme comme le Christ a aimé l’Église.
Éphésiens 5.25

Quand j’étais un petit gamin, raconte Wilhelm Busch, nous avons été invités à un mariage. Quelle excitation ! D’abord, le voyage en train, puis le service à l’église (un peu long !), finalement le repas dans un grand restaurant.
Des serveurs en livrée, de grandes serviettes, des verres en cristal, un « Menu » au bas duquel figurait un mot prometteur : « Glace ». Nous nous en réjouissions énormément. Si seulement, le chemin jusque-là n’avait pas pris tellement de temps !
Au cours du repas, un monsieur se leva et tint un discours… si long, si long ! Puis un autre convive prit le relais. Avec un gentil sourire, il commença : « Une légende prétend qu’il y a, au ciel, deux chaises pour un couple qui n’a jamais regretté de s’être marié. Et ces chaises… (suivit une longue pause durant laquelle on n’entendait que les serveurs circuler) restent toujours vides. » Quelques personnes souriaient.
Alors mon père se leva et, interpellant ma mère à l’autre bout de la table, il dit : « Maman, ces chaises sont pour nous ! » Plusieurs applaudirent et félicitèrent ma mère.
Moi-même, je me sentais bien, sans savoir pourquoi. Lorsque plus tard, je voyais des enfants souffrir dans des foyers malheureux, je compris qu’il n’y a pas de plus grand bonheur pour un enfant que de grandir dans un foyer où l’amour des parents leur prépare un nid douillet.

Rapporté par Alfred Kuen

__________________
Lecture proposée : Livre des Proverbes, chapitre 18, verset 22.

 

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin