Bienvenue sur le nouveau site des Editions CAEF
Code promo: 5OFF pour 5% de réduction à partir du 11 ème exemplaire de calendrier acheté

À ma mère

Jésus dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple : Voilà ta mère. Dès ce moment, Jean prit Marie chez lui.
Jean 19.27

Alors qu’il souffre le martyre, Jésus oublie sa propre souffrance de crucifié pour penser à celle qui l’a enfanté. Elle perd son soutien de famille : Jésus, le fils aîné. Il confie sa mère à son disciple le plus proche. Cette sollicitude a probablement touché l’un de ses compagnons de supplice.
Au cours de mon ministère en milieu carcéral, j’ai souvent vu des torses ou épaules tatoués avec cette phrase : À ma mère. Même les plus durs pensent à celle-ci avec nostalgie. L’officier japonais ayant préparé les kamikazes, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, allaient s’écraser sur un navire de guerre américain, leur recommandait de crier avant l’impact : « Banzaï ! » mais en y repensant, les larmes aux yeux, il avouait : « Je suis persuadé que beaucoup criaient : “Maman !” »
Au comble de la souffrance, Jésus prend ses responsabilités vis-à-vis de sa mère. C’est pourquoi il pourra crier avant de mourir : Tout est accompli ! En effet, il est le seul à avoir accompli parfaitement tous les commandements, y compris celui qui nous invite à honorer nos parents.
Un tel comportement, à l’heure la plus tragique de sa vie, doit nous inciter à l’admirer et l’adorer.

Gérard Peilhon

__________________
Lecture proposée : Évangile selon Jean, chapitre 19, versets 25 à 30.

Autres articles

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la magasin